Monsieur le Hasard

Publié le par Olga Forest

Ce livre est une histoire d’amitié et de hasard. Vous me direz que le hasard n’existe pas, surtout en amitié. Tout a commencé avec la rencontre de Sylvie, française résidente au Québec. Cela m’a rappelé des souvenirs, j’y étais allée trois fois avec Charles Trenet d’abord, puis Jean Roger Caussimon. Je devais venir y chanter, mais la vie en a décidé autrement, j’avais repris le théâtre…
Mes disques pour adultes sont un peu passés sur les radios et j’ai reçu de bien jolies lettres !

Pour Anna Luna la fille de Sylvie j’ai écrits deux contes dont elle était l’héroïne sous le nom que je lui avais donné « Fleur de Lune ». Au troisième conte, est arrivé sans crier gare un Chat qui prétendait être le Chat Botté. Il m’a dit avoir pour mission de rechercher les traces de Guillaume de Carabas, un cousin de son maître émigré en Nouvelle France au début du XVIIème siècle.
Alors est venu à la petite française que je suis, nostalgique du Saint Laurent, l’idée de raconter au travers des aventures de Fleur de Lune une partie de l’histoire du Québec.

Projet ambitieux me direz-vous, mais Monsieur le Hasard étant passé par là, je n’avais pas le droit de refuser ! Il ne me restait plus qu’à faire grandir ma petite Fleur de Lune de quelques années pour la mener à l’âge ou l’on peut s’intéresser à la Grande Histoire.


Samuel de Champlain

Je ne savais presque rien sur Samuel de Champlain, je l’avoue. Je ne savais pas non plus qu’en 2008 ce serait le quatre centième anniversaire de la Fondation de Québec. Je tombais des nues quand Sylvie me l’apprit. C’est elle qui m’encouragea dans mon projet. Certes il était trop tard pour coller à l’évènement, mais Monsieur le Hasard n’a jamais eu de buts mercantiles...

Je me suis donc documentée très sérieusement, car il me semblait essentiel que la partie historique soit respectée. Un année est passée, une année devant mon clavier avec des tonnes de documents et parmi eux les précieuses Oeuvres de Champlain en vieux français.

J’ai fini il y a un mois les deux premiers tomes de

l’Étrange Voyage de Fleur de Lune et de ses amis

La Traversée du Don de Dieu 
et
Au pays de Maikan le sorcier.


Avec Sylvie nous avons entrepris l’envoi de manuscrits aux éditions.
Avant de m’atteler au troisième tome,  je me suis dit qu’il était enfin  temps de lancer ma bouteille à la mer et de hisser la toile ! Faire un blog, plonger  dans les eaux tumultueuse du web !... Etrange coïncidence ! Nous allions commencer presque à la date du  départ de Champlain pour Québec, exactement comme l’an dernier quand je m’étais remise à écrire … Alors… Monsieur le Hasard qui passait par là comme… par hasard !...m’a soufflé à l’oreille :
- Et si tu proposais à tes futurs lecteurs, petits et grands, d’embarquer sur le blog de la Colporteuse d’histoires  le 14 avril 2008. Ce sera la date anniversaire du départ du « Don de Dieu » à Honfleur, ils pourront ainsi faire la traversée en temps réel. Chapitres après chapitres ils voyageront  comme il y a quatre cents ans, en compagnie de Samuel de Champlain, comme tu l’as fait toi-même, grâce à moi.

Ils arriveront sur le  Grand banc de terre Neuve  le 15 Mai   et le 16 ils longeront le Cap Ste Marie, le 30 ils seront face à la baie de Gaspé et admireront l’Ile Percée et  le 5 juin ils arriveront à Tadoussac. Puis enfin,  après un mois de découverte du pays et de ses autochtones, ils accosteront à la pointe de Québec pour y construire la nouvelle Abitation.

"Il te suffira de mettre cette histoire en ligne comme un feuilleton en respectant les dates données par Champlain dans ses mémoires, tu les connais maintenant.  Ainsi, au travers des aventures romanesques et pleine de rebondissements de Fleur de Lune et de ses amis, tu feras vivre à tes lecteurs, comme tu l’as vécu en l’écrivant, la fondation de Québec."

J’ai remercié chaleureusement Monsieur le Hasard pour ce bon  conseil. Grâce à lui mon travail atteindra son but, je serais dans les temps, et Samuel de Champlain sera sûrement très heureux d’emmener tout le monde avec lui !



Publié dans Billets

Commenter cet article