Fleur de Lune et le Chat Botté... deuxième partie

Publié le par Le Chat + un conte d'Olga Forest

 

 

               Bonjour, ici votre ami le Chat,


          Voici la deuxième partie du troisième conte de notre future collection des Etranges Aventures de Fleur de Lune et de ses Amis.

              Et n'oubliez pas que le 29 septembre, je lance avec Olga notre auteure, enfin retrouvée, le Troisième Tome de l'Etrange Voyage de Fleur de Lune et de ses Amis. En attendant, même si je me repète, vous avez le temps de commencer le voyage avec nous et vous ne le regretterez pas.

            En attendant, je vous souhaite une bonne lecture. Si vous n'avez pas lu la première partie cliquez ici. Et si vous voulez lire les deux précédents contes je vous conseille de commencer par Fleur de Lune et la petite sirène.




Fleur de Lune et le Chat Botté


Deuxième partie


        Après que la Fée ait disparu, le Chat remis sur sa tête son beau chapeau à plumes et prit la petite fille sur son dos. Ils sortirent de la maison et curieusement Fleur de Lune qui n’avait même pas pensé à prendre un manteau s’aperçut qu’elle ne sentait pas le froid. Elle ne sentait pas non plus l’humidité de la neige qui tombait de plus en plus fort. C’était pourtant une vraie tempête, la première de l’année. Les anciens du village à côté disaient ces derniers jours qu’il n’avait jamais vu un hiver aussi froid avec aussi peu de neige.

Mais chose étrange, il n’y avait pas un flocon sur le beau costume du Chat Botté, ni sur son chapeau à plumes. On aurait dit qu’ils étaient Fleur de Lune et lui dans une sorte de bulle protectrice. Une bulle qui faisait un halo doré autour d’eux et éclairait leur route.

La vitesse à laquelle ils se déplaçaient était extraordinaire ! Quelle belle aventure pensa-t-elle, au même moment une grave question lui vint à l’esprit : comment le Chat et la Fée allaient-ils faire pour secourir la maman de la petite fille sans qu’elle se doute de quoique ce soit ? Certes, Fleur de Lune était invisible, et le Chat était un chat de conte de fées. Il était sans doute invisible lui aussi pour la majorité des adultes, de même que la petite Sirène, Blanche-neige, Atchoum, le Père Noël et bien entendu la Fée.

- Ce n’est pas compliqué lança le Chat, nous allons atteler le carrosse de mon maître à la voiture de ta maman, et on verra ce qu’on verra. 

- Et Maman que verra-t-elle ? demanda Fleur de Lune. 

- Elle verra un chasse-neige providentiel ! répondit le Chat. 

        Fleur de Lune aurait bien applaudi des deux mains…

- Non, non, surtout n’applaudit pas dit le Chat. Il ne manquerait plus que tu tombes. Tu disparaîtrais dans la neige. De toute façon, nous sommes bientôt arrivés. 


        Quelques minutes plus tard ils s’arrêtaient devant un monticule de neige, d’où dépassait seulement le toît de la voiture !

        Le Chat s’immobilisa et se frotta le front.

- Zut, j’ai oublié la formule magique que m’a donné ta marraine, comment allons nous faire, se lamenta-t-il. 

- Ce n’est pas possible, cria Fleur de Lune hésitant entre le désespoir et la colère. 

- La colère est mauvaise conseillère dit en riant le Chat, je te faisais une farce. Je n’ai rien oublié du tout. Tu as une drôle de façon de me remercier. J’aurais pu refuser de t’aider, après tout !Tout ceci n’était absolument pas prévu et tu devrais plutôt penser que dans de telles circonstances un oubli est tout à fait excusable. Enfin, n’en parlons plus. 

        Sa harangue terminée, le Chat sortit de sa poche une petite baguette magique.

- Ta marraine, la Fée de Lune me l’a prêtée, dit-il, mais je n’ai pas trop l’habitude de m’en servir. On va bien voir…

        Fleur de Lune retint son souffle. Le Chat marmonna une phrase qu’elle ne comprit pas et soudain dans un grand éclat de lumières, comme au théâtre, un magnifique carrosse tiré par six chevaux apparut dans le ciel.

- Voici le carrosse de mon maître, dit fièrement le Chat. Grâce aux pouvoirs de ta marraine le Fée de Lune, il s’est transformé en carrosse volant. Il va maintenant remorquer la voiture de ta maman jusque chez vous.

- Mais elle va bien s’apercevoir qu’elle vole au-dessus des maisons ? remarqua la petite fille. 

- Cesse de t’inquiéter, répondit le Chat un peu agacée quand même. Quand elle sera arrivée chez vous, même si elle s’est rendu compte de quelque chose, elle aura tout oublié, c’est comme ça, c’est magique. Je crains que tu ne nous fasses décidemment pas confiance… La Fée de Lune avait raison. Je dois te mettre en garde une dernière fois, si tu continues à tout mettre en doute, nous allons devoir disparaître et je me demande bien ce que tu feras sans nous. N’oublie pas que tu es devenue invisible pour les humains. 

Fleur de lune se retint de pleurer.

- Je vous fais confiance, dit-elle en ravalant ses larmes. Seulement, je n’ai pas l’habitude de tous ces trucs de magie, moi ! 

- D’abord ce ne sont pas des trucs, répondit le Chat vexé, c’est une Science. C’est même une très belle et très ancienne Science. Parfois de mauvaises gens la détournent et d’autres l’utilisent pour faire du spectacle. Dans ce cas comme dans l’autre il s’agit alors de la fausse magie et cela ne nous concerne pas.  Allez ! tu me fais perdre mon temps. Je dois donner ordre aux laquais d’organiser le remorquage de cette voiture, avant qu’elle n’ait disparue sous la neige. 

Sitôt dit sitôt fait. Les laquais avaient des costumes rouge et or. La neige semblait ne pas les atteindre non plus. Ils ne paraissaient pas non plus sentir le froid. Ils travaillèrent vite et bien, sans avoir l’air d’être étonnés le moins du monde de voir une voiture moderne. L’un d’eux vint vers la petite fille, il s’inclina devant elle et dit :

- Si Mademoiselle Fleur de Lune veut bien monter, nous allons partir.  

        Il déplia le marchepied, puis il aida la petite fille à monter. Peu après, le Chat vint la rejoindre et donna l’ordre au cocher de repartir, puis il ferma la porte du carrosse.

        C’était drôlement beau à l’intérieur, il y avait des dorures partout, des coussins de soie avec des pompons et des capitons comme sur le lit d’une amie de sa grand-mère. Fleur de Lune avait l’impression d’être une actrice de cinéma. Le carrosse s’éleva dans les airs, tirant derrière lui la voiture de Maman.

A suivre..

 

      

   Si vous avez aimé cette histoire, dîtes-le autour de vous, je ne le répèterai jamais assez et à bientôt pour la troisième partie.  

                                       

                     Le nouveau  guide du blog  : Votre ami le Chat                                                                                                                                

                                    
P.S Comme hier, avant-hier et avant-avant-hier, et tous les jours précédents, pardon pour les fautes d'orthographe. Si vous voulez et si vous en avez le temps,vous pouvez me les signaler ! Merci d'avance....

 

Publié dans Billets

Commenter cet article