Conte sur l'amitié...

Publié le par Olga Forest

                                                                                                      A  Clémence....


                     Il était une fois une petite-fille qui vivait dans une très belle et grande maison, avec un très beau grand parc et dans ce parc il y avait de très grands beaux arbres.

                     Un jour dans cette très belle et grande maison  et  ce très grand beau parc, une Dame est arrivée. Une de plus, une de moins… C'était une maison de passage ou passaient beaucoup de gens, ce qui est bien normal puisqu'elle était faite pour cela.

 -  Bonjour, petite-fille dit la Dame.

 -  Bonjour, dit la petite fille un peu froidement.

             La petite fille  trouvait qu'il y avait vraiment beaucoup de gens auxquels il fallait dire bonjour, elle le trouvait vraiment.

 - Comment t'appelles-tu dis la Dame ?

         La petite fille pensa que, décidemment, les adultes manquaient d'imagination, puisqu'ils posaient tous la même question. Cette Dame,  pourtant ne ressemblait pas à toutes les autres dames qui passaient dans cet endroit de passage, elle avait quelque chose de différent qui attirait la petite fille, bien qu'elle y résistat. De toute façon, la Dame allait sûrement lui demander quel âge elle avait et si elle allait à l'école.

                 La petite fille n'avait pas encore compris que sur terre tout à un nom. Le chat s'appelle le chat, c'est d'ailleurs pour cela qu'on dit : il faut appeler un chat un chat ! Une fleur s'appelle une fleur et on pourrait continuer pendant des jours comme cela.

                La Dame le savait, mais elle savait aussi que ce n'était pas encore le temps de l'expliquer à la petite fille qui répondit, parce que cela faisait partie des choses qu'il faut faire : 

- Je m'appelle Clémence.

                       Elle avait  répondu presque insolemment, car même si les enfants doivent faire plaisir aux adultes, il ne faut pas trop leur en demander, quand même… 

- Clémence est un joli nom, dit la Dame, très sincèrement.

                      On disait souvent à la petite fille que son nom était joli, et c'était toujours agréable à entendre, mais cette Dame l'intriguait. Plus elle la regardait et plus elle trouvait que cette Dame-là, n'avait pas l'air d'une vraie Dame. Après avoir hésité un moment et malgré une furieuse envie de retourner à ses jeux, la petite fille décida de continuer la conversation, toujours sans bien savoir pourquoi.

  - Et toi  comment tu t'appelles, interrogea la petite fille.

  - Tu m'appelleras comme tu voudras, répondit la     visiteuse, c'est toi qui choisira, tu sais je ne suis qu'une Dame qui passe, une de plus une de moins. Je sais que sur terre tout a un nom, c'est pourquoi je t'ai demandé le tien. Je crois que j'aimerais bien devenir ton amie. Je sais bien que pour être ami, il faut du temps, du temps pour apprendre à se connaître et s'apprécier. A ce propos, petite Clémence aux yeux de rivière, es-tu patiente ? Je n'en suis pas si sûre, à ton âge on ne doit pas savoir vraiment ce qu'est la patience, et c'est très bien comme cela. Et que penses-tu de l'amitié ?

                                 Alors la petite fille parla de Lucie, son amie, sa copine d'école, de leurs jeux, de leurs disputes, elle avait tant de choses à dire et personne, n'avait jamais rien demandé à ce sujet. 

- Tu as raison, Clémence, dit la Dame, l'amitié, c'est tout ce qui fait qu'on ne s'oublie pas. C'est tout ce qui fait qu'on n'est jamais tout seul, même loin, très loin. L'amitié c'est de penser à l'autre. Par exemple, si nous devenons amies, quand je penserai à toi, je reverrai ton visage et tes yeux et ce sourire qui te vient, maintenant que tu es en confiance. Sans confiance, il n'y a pas d'amitié. Quand je penserai à toi, j'essaierai de ne pas penser à tes colères,  quand je penserai à toi, je penserai à tout ce que tu as de meilleur, c'est aussi cela l'amitié. Je t'emporterai dans ma vie, dans mes voyages, jusqu'à la fin de mon temps sur cette terre. L'amitié ne tient pas de place dans une valise. Si tu le veux, je t'emporterai au bout du monde, dans ma mémoire. Tu ne le sais peut-être pas encore, mais s’il y avait dans ton cerveau une petite lumière qui s'allume à chaque fois qu'un ami ou une amie pense à toi, certain jour, tu ressemblerais, à l'intérieur, à un arbre de Noël, plein de petites bougies! Il faut pourtant que tu te méfies, il peut y avoir des voleurs d'amitié, chez les enfants comme chez les adultes. C’est bête, parce qu’ils ne  peuvent même pas s’en servir. Je vais te dire la seule bonne façon de ne pas se faire voler ses amitiés, c'est de ne pas les laisser traîner n'importe où. Tu vois, c'est tout  simple.

  Alors si tu le veux nous deviendrons amies et de loin, en pensant à toi, je ferais briller de toutes ses bougies ton arbre de Noël secret.

                   Clémence eut alors envie de se jeter dans les bras de la Dame, c'est aussi cela l'amitié. Ca arrive sans prévenir, et ça ne repart plus jamais, si c'est une vraie amitié bien sur…
- On m'attend loin d'ici, dit la Dame qui passe, mais je reviendrai, je te le promets, je reviendrai.

                   Alors, les larmes aux yeux, Clémence regarda s'en aller sa nouvelle amie, jusqu'à ce qu'elle ait disparue au bout du chemin. Puis, elle alla  cacher  son petit chagrin  et rêver au futures bougies de son arbre de Noël intérieur, qui s'allumerait souvent. Elle resta jusqu'au soir  dans "la cabane d'arbre" que la Dame avait construit pour elle, dans le grand parc. Elles  avaient parlé longtemps, très longtemps, mais ce qu'elles se sont dit ne regarde personne.

 C'est un secret…. entre amies.  

Publié dans Billets

Commenter cet article

Farfadet 86 03/06/2009 11:44

Une fort belle histoire , dont le message pase facilement dans nos coeurs de personnes d'âge mûr comme j'imagine, cela doit aussi toucher le cœur des enfants ...

Joli conte à entendre à la veillée avant le passage dans le sommeil ...

La Dame du Non Oublie ...

Amicalement
Farfadet

alaligne 04/04/2009 13:57

Bonjour Olga,

C'est avec grand plaisir que je t'ouvre les portes de ma communauté "L'écriture dans tous ses états". J'espère que tu y trouveras un lieu de partage, de libre expression et de large diffusion de tes écrits.
Tu peux également venir nous rejoindre sur le forum de la communauté quand tu le souhaites.

Très amicalement,

Alaligne