Quatrième épisode


Résumé du chapitre précédent :

La Fée aide Fleur de Lune et le Chat à remonter le temps. Elle  s’est transformée en Agathe de Malor, marraine d’Isabelle Hébertet, fille d’un riche « marchand colonisateur » comme on disait à cette époque. Le père d’Isabelle qui a perdu sa mère quand à sa naissance, doit rejoindre son père en Nouvelle France. La Fée transforme donc  Fleur de Lune en Isabelle. Toutes deux vont prendre la place de ces deux passagères de 1608 qui avaient raté le départ.
Fleur de Lune s’inquiète alors du sort de son ami le  Chat. La Fée propose de le transformer en chat du bord. Celui-ci se met en colère, mais elle arrive à le convaincre qu’il aura un rôle très important sur le bateau. Il pourra espionner tranquillement et recueillir des informations précieuses, sans que personne ne se méfie de lui. Il finit par accepter conscient de l’importance de sa mission et d’un coup de baguette magique ils retournent tous les trois en 1608. Ils vont partir sur le « Don de Dieu » le galion commandé par Samuel de Champlain.



  Page précédente Page suivante  

Fleur de lune plongée dans ses souvenirs avait suivi sa marraine tandis que Jean, le jeune officier, les guidait jusqu’au quartiers du capitaine, à l’arrière du bateau.

-« Voici vos appartements dit le jeune homme, nous avons fait le maximum pour vous rendre la vie agréable, mais j’ai conscience que pour une dame de la bonne société, c’est un peu rudimentaire, j’espère que vous pourrez vous en accommoder. »

-« Ne vous inquiétez pas, c’est déjà très bien, nous n’en attendions pas tant, répondit aimablement la Fée, vous avez fait des miracles. »

Il est vrai que le confort de ce que nous nommerons : leur cabine, était bien loin de ce que Fleur de Lune connaissait. Elle ne savait pas encore qu’elles voyageaient, elle et sa marraine, dans des conditions bien supérieures à celles de la plupart  des autres émigrants, sans parler des marins !

 Il ne faut pas oublier que  ce bateau avait été affrété  principalement pour transporter des vivres pour une année et le matériel qui servirait à la construction et à l’installation de « l’Abitation » de Québec.

Fleur de Lune pensa sagement que tout ceci n’avait pas tant d’importance et qu’une aventure ne doit pas être trop confortable, sinon ce n’en est plus une. De toutes façons,  elle était prête à tout supporter et plus encore, depuis qu’elle était amoureuse de Jean… Mais, pour le moment, elle était surtout  impatiente de découvrir ses nouveaux vêtements.

Seules les malles nécessaires pour la traversée, avaient été montées dans la cabine, les autres étaient entreposées,  dans les soutes du vaisseau.

Fleur de Lune avait tout de suite vu qu’une des deux malles portait le nom d’Isabelle Hébertet. »

-« C’est ta malle ma Chérie ouvre-là, la clef est sur la serrure, lui dit tendre ment la Fée. »

Alors, Fleur de Lune ouvrit la malle, toute rose d’émotion. A l’intérieur elle découvrit, émerveillée, des robes ravissantes, des petits costumes et des manteaux de fourrure que son père avait fait tailler dans les plus belles peaux trouvées en Nouvelle France. Il parait qu’il les avait fait coudre spécialement pour elle dans ses ateliers de Brouage (www.brouage.net). Tout était magnifique, mais sa préférence alla tout de suite  à une délicieuse petite toque.

Par chance, il y avait un miroir scellé dans le couvercle de la malle et, comme toutes les demoiselles depuis que le monde est monde, elle ne manqua pas de s’y admirer. Devant sa marraine amusée, elle essaya toutes les tenues. Elle venait tout juste de passer un petit costume bleu et blanc,  qui lui allait à ravir, quand la sirène du bateau retentit. 

-« Cet ensemble est exactement ce qu’il faut pour inaugurer la traversée, ma Chérie, dit la Fée. Allons vite sur le pont assister au départ je ne voudrais pas rater cela. Je te conseille de prendre un châle, nous sommes en avril et tu connais le proverbe. »

Sitôt dit, sitôt fait, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, elles se retrouvèrent sur le pont. Le soleil descendait doucement à l’horizon, un petit vent frais jouait dans  les voiles. Les commandements, les appels des marins dans les haubans, se mêlaient au bruit grinçant que faisait la chaîne de l’ancre remontant le long de la proue et s’enroulant sur la poulie. Tous ces bruits  se mélangeaient dans la tête de Fleur de lune créant  une musique ensorcelante. Elle en avait presque le vertige, elle vacilla un moment et dut s’accrocher au bastingage.

Elle ferma les yeux et quand elle  les rouvrit… Jean, le  bel officier se tenait devant elle, l’air inquiet :

-« Vous êtes souffrante Mademoiselle Isabelle ? »

Fleur de Lune se dit que si elle osait, elle se laisserait tomber dans ses bras, mais elle surprit le regard amusé de sa marraine et se redressa aussitôt.

-« C’est juste un peu de fatigue, dit la Fée les yeux rieurs, je vous remercie Monsieur, de votre sollicitude, je vois que nous aurons un ange gardien pour ce voyage. »

Elle ne croit pas si bien dire, pensa Fleur de Lune, il est beau comme un ange. 

-« Vous êtes trop bonne, Madame, répondit Jean plein de sollicitude, mais je me suis inquiété. Cette petite demoiselle est bien jeune pour faire un si grand voyage. Je viens d’apprendre par Monsieur de Champlain le grand malheur qui l’a frappée à sa naissance. Soyez sûre, Madame, que je prendrai soin de Mademoiselle Isabelle comme si elle était ma petite sœur. »

Cela ne faisait pas du tout l’affaire de Fleur de Lune qui se rembrunit, mais en y réfléchissant bien, ce n’était déjà pas un si mauvais début.

-« Nous voici enfin partis, ajouta le jeune homme les yeux brillants. Dans quelques semaines nous foulerons le sol du Nouveau Monde. C’est mon premier grand voyage et je dois vous avouer que je suis très ému et particulièrement heureux de partager ce moment avec vous. »

Comme il était simple et gentil ! Fleur de Lune le dévorait des yeux, sous le regard de plus en plus amusé et attendri de la Fée. Ils restèrent là, tous trois, un long moment. Ils étaient fascinés par le spectacle du soleil qui s’enfonçait doucement dans la mer, en fondant comme de l’or. Cette nappe  orangée s’écoulait jusqu’au bateau, l’entourant d’une lumière étrange qui rendait magique tout alentour.

La nuit tomba d’un coup, accompagnée d’une petite brume blanchâtre et glacée qui mit fin au festival de couleur. Jean se ravisa le premier :

-« Vous voulez peut-être vous changer pour le dîner ? Demanda-t-il la voix encore embuée d’émotion… Si vous me le permettez, je viendrais vous chercher dans une demi heure. »

Juste à ce moment, un chat blanc vint se frotter contre les jambes de Fleur de Lune qui réalisa soudain, avec horreur, qu’elle avait complètement oublié le Chat Botté… Ce ne pouvait être que  lui puisque la Fée l’avait transformé en chat du bord ! Fleur de Lune se baissa pour le caresser  et dit sans oser le regarder :

-« Bonjour joli chat, puis haussant le ton, elle lança à la cantonade : ma marraine et moi adorons les chats. »

-« Oui, nous les aimons beaucoup… renchérit la Fée, très mal à l’aise. »

Puis, s’adressant à Fleur de Lune, elle dit assez fort pour que le Chat l’entende :

-« Ma Chérie, nous sommes attendues pour le dîner. Mais je te promets qu’avant d’aller nous coucher, nous irons contempler les étoiles, malgré notre fatigue.  Ce charmant animal viendra sûrement nous voir,  il a l’air très familier. »

-« Charmant animal, charmant animal, cause toujours espèce de lâcheuse, siffla le Chat Botté entre ses dents, vous allez voir si je suis familier ! »

Car c’était bien le Chat Botté dans son nouveau rôle de chat du bord. Il était furieux et profondément triste que ses amies aient presque oublié son existence !

-«  Bon appétit  et en belle compagnie, siffla-t-il entre ses dents,   quand je pense que c’est grâce à moi que vous êtes ici… Pendant que vous serez en train de faire bombance, mes jolies, je vais devoir me contenter de souris et de rats… Charmant  voyage ! Demain c’est l’anniversaire de Fleur de Lune et bien je ferais semblant de ne pas m’en souvenir ! Elle verra l’effet que ça fait !... »

Il s’en alla vers les quartiers inférieurs, tout hérissé et la queue en l’air, façon chat vexé !

 

A suivre…



Le Chat se vengera-t-il d’avoir été
oublié par Fleur de Lune et la Fée ?

Fleur de Lune en voudra-t-elle au Chat  de ne pas lui avoir fêté son anniversaire le 20 avril ?

Comment va se passer la rencontre avec Monsieur de Champlain ?

Guillaume sera-t-il au dîner ?

Vous le saurez au prochain épisode... le 21 avril



  Page précédente Retour à l'accueil     Page suivante