Treizième épisode


Résumé du chapitre précédent :

Le Chat raconte la dure  vie des marins sur le bateau et les maladies qui les guettent. Fleur de Lune qui trouvait sa cabine inconfortable, en est tout attristée.
Le Chat lui parle  aussi de son amitié avec le jeune cuistot et la rassure en lui disant qu’il a quand même trouvé un endroit presque confortable dans la cale.
Quand la Fée rentra dans la chambre elle trouva nos deux amis endormis,  épuisés par la terrible nuit de tempête.



  Page précédente   Page suivante  

 

En se réveillant Fleur de Lune fut ravie de retrouver son ami le Chat.

 

-  Tu as bien fait de revenir dormir au chaud dit gentiment la Fée. Fleur de Lune m’a tout raconté. Je savais que les marins ont une vie difficile mais pas à ce point là. Nous nous sommes inquiétées pour toi, mais nous n’avions pas imaginé d’aussi mauvaises conditions de vie !

- Tiens donc,  vous vous êtes inquiétées, dit le Chat entre ses dents, ça ne s’est pas trop vu.  Quand « aux conditions de vie », vous auriez du les connaître… C’est vous qui avez eu l’idée de me transformer en chat du bord. Et bien maintenant j’en suis un et j’en suis fier ! 

- Alors c’est parfait, répondit la Fée qui n’appréciait pas vraiment l’agressivité du Chat. Sache, quand même, que  ne te voyant plus, nous avons demandé de tes nouvelles. Nous  avons appris que tu te portais à merveille et que tu faisais le clown pour les marins. Apparemment, tu ne t’ennuyais pas de nous !

Le Chat, s’était rembruni.

- Curieuse façon de vous excuser de m’avoir totalement oublié le jour du départ dit-il sèchement.

- Je ne te savais pas si rancunier, répondit la  Fée, du tac au tac.

- Je ne vous savais pas si ingrate, rétorqua le Chat. 

- Ce n’est pas bientôt fini, intervint Fleur de Lune, excusez-moi de vous le dire, Marraine, mais vous vous conduisez tous deux comme des enfants. 

La Fée se mit à rire :

- Voilà que notre petite Isabelle nous donne des leçons, dit-elle. Il est vrai que je ne me reconnais plus. Malgré mes bonnes résolutions, je m’aperçois que je suis en train de prendre tous les défauts humains. En particulier, je me laisse aller à la mauvaise foi, alors qu’au fond je suis  morte de honte de t’avoir négligé mon brave Ami. J’espère que tu voudras bien me pardonner. 

 

Le Chat appréciait à leur juste valeur les excuses de la Fée mais, pour autant, il n’arrivait pas à oublier sa rancune.

- Cela m’a fait des vacances, en quelque sorte lança-t-il. Je me suis trouvé une vocation : chat du bord ! Du moins  jusqu’à hier soir ! J’ai même été tenté de rester jusqu’à la fin de mes jours sur ce galion !

- Pourquoi, jusqu’à hier soir, demanda naïvement Fleur de Lune. 

- Parce que sur les bateaux, répondit vivement  le Chat, il y a aussi des tempêtes et je n’aime pas ça du tout. A ce propos d’après ce que j’ai entendu tout à l’heure, il semble que vous ayez eu toutes les deux cette nuit une conduite héroïque. 

- N’exagérons rien répondit modestement la Fée. Maintenant mon cher Ami, il faut que nous parlions de choses sérieuses. Nous avons un souci ! Tu t’es sans doute aperçu que ton Guillaume de Carabas n’est pas à bord. A mon avis, il est parti sur un autre vaisseau, j’espère que nous le retrouverons à Tadoussac. 

- Ce n’est pas  « mon Guillaume de Carabas », mais un membre de la famille  de mon Maître, précisa  le Chat l’air pincé. Il est exact que je n’ai pas mis longtemps à m’apercevoir de son absence. Quant à le retrouver à Tadoussac, je n’en mettrais pas ma patte à couper, ajouta-t-il, en prenant un air mystérieux. 

- Ah ! bon et pourquoi donc? demanda la Fée étonnée. 

- Parce qu’il n’y est  sans doute pas, répondit péremptoirement le Chat. 

- Tu as l’air bien sûr de toi, et comment le sais-tu ? interrogea la Fée, sur la défensive. 

- J’écoute, moi, Madame la Fée, je remplis la mission que vous m’avez confiée, dit le Chat en la regardant droit dans les yeux. J’ai les oreilles qui traînent partout et toujours. Je suis le parfait espion que vous m’avez demandé d’être. 

- Soit, je te félicite, mais cela ne me dit toujours pas ce que tu sais, dit la Fée s’impatientant. 

- Depuis le début de mes recherches, précisa le Chat, j’ai eu  des doutes sur l’exactitude des dires de mon maître. Et j’avais bien raison. Depuis que je suis sur le bateau, j’ai beaucoup écouté les conversations entre les marins. Personne ne se méfie de moi, vous aviez raison…

 A suivre…





Le Chat finira-t-il par dévoiler à ses deux amies ce qu’il a entendu au sujet de Guillaume ?

La Fée gardera-t-elle patience face à  l’attitude insolente de son ami le Chat ?

Fleur de Lune arrivera-t-elle enfin à réconcilier ses deux amis ?

Vous trouverez peut-être la réponse dans la prochaine bouteille à la mer qui arrivera le 9 mai…



  Page précédente   Page suivante